AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
xxxNever say never -. James 1763239151

 ::  :: Lake Avenue :: Meadows’ Bookstore & Coffee
 

 
Never say never -. James

The night is the cradle of all our dreams.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Lula S. Knox
Lula S. Knox

THE VIRGIN
La Vertueuse

j'aimerais t'oublier. Disparais de mon âme
▲ Documents : 30
▲ Avatar : Candice Accola


Never say never -. James Empty
MessageSujet: Never say never -. James   Never say never -. James Icon_minitimeSam 26 Jan - 23:11
Ne jamais te revoir
En ce moment, je vais bien. Okay oui, dis comme ça, cela peut sembler étrange. Je n'ai jamais eu trop de malheur et justement, pour cette raison, je n'ai jamais eu à passer pour la personne trop triste, qui passe son temps à se plaindre ou ce genre de connerie. Ce n'est pas mon genre, et c'est sans doute mieux comme ça, de toute évidence. Quoique je puisse en dire, de toute évidence. C'est justement ça qui se trouve être le gros problème, c'est un fait. Je suis loin d'être une personne vraiment facile à vivre, quoique je puisse en dire, de toute évidence. C'est un fait. Quoique l'on puisse en dire, de toute manière. Au final, si je dis ça, c'est avant tout parce que j'estime ne pas avoir à me plaindre. J'ai trouvé un emploi, plutôt sympa, qui me plaît et m'intéresse vraiment. Et en plus de ça, j'ai eu l'occasion de réaliser et de me rendre compte que les livres ont un pouvoir d'apaisement sur moi. Un pouvoir vraiment nécessaire pour moi, qui me fait du bien, c'est un fait. Et c'est surtout à ça que je pense, la plupart du temps, que cela me plaise ou non, de toute évidence. Je fais ce que je peux, c'est un fait, je fais de mon mieux, quoi que l'on puisse bien en dire, de toute évidence. C'est comme ça, d'une certaine manière. Oui voilà.

Là, au milieu des rayons de livres, je profite d'un instant pour traînasser. Il n'y a pas de client, la librairie vient tout juste d'ouvrir après la pause déjeuner et il est rare que nous ayons des clients à une heure pareille. Je zone alors, d'une certaine manière. On ne peut pas vraiment dire que j'ai mieux à faire, de toute façon, alors il faut bien que je m'occupe deux secondes, sinon, je ne sais pas vraiment ce que j'aurais bien pu être amené à faire, d'une certaine manière. Je suis la seule en boutique, de toute façon, il n'est pas vraiment nécessaire d'amener plus de monde que ça, là tout de suite. Je ne me souviens même plus vraiment de comment j'ai pu me plonger dans tout ça de façon aussi rapide. Ca peut sembler con mais ouais, j'ai une absence, d'une certaine manière. Ca me fait du bien, malgré tout. Et ce n'est pas moi qui vais me permettre d'en dire le contraire en faite. Je sais que je peux rester sur mes pieds, avec ce boulot, je sais que je peux avoir pleinement conscience de ce boulot et tout ça. Je me sens bien, et à mes yeux, il n'y a rien d'autre qui compte vraiment. C'est un fait. Et puis.. Je ne sais pas, je n'arrive même pas vraiment à savoir pourquoi l'ambiance ici me plaît autant. Mais je me sens bien. Et pour moi, le reste ne compte absolument pas. C'est comme ça.

Tout doucement, alors que je m'apprête à retourner du côté de la caisse, la sonnette se fait entendre. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Je suis incapable de savoir pourquoi, mais voir les gens arpenter les rayons et chercher quelque chose à acheter, cela m'a toujours fait sourire, cela m'a toujours intéressé aussi. Bizarre, je sais, d'aimer observer les gens. Je retourne donc d'un pas un peu plus accélérer vers la caisse et une fois que j'y suis, je m'autorise réellement à regarder qui vient d'entrer. Mais il est dissimulé derrière une étagère. Bon et bien.. Cela va attendre. Un jour, il y a de cela quelques semaines, je me suis imaginée que l'homme qui comptera pour moi, qui deviendra l'homme de ma vie, traversera peut être cette pièce. Peut être qu'il viendra ici, qu'il me demandera des conseille pour des livres, ou je ne sais pas quoi. Nous flirterons et voilà. Du coup, c'est peut être pour ça que dès que la sonnette se fait entendre, je suis curieuse de voir qui va pénétrer ici. Mais lorsqu'il m'est enfin possible de voir qui vient de rentrer, j'en tombe presque, mes jambes se font tremblantes. J'ai connu peu d'hommes dans ma vie, vraiment peu. Et si on souhaite vraiment être honnête, on peut alors se rendre compte du fait que j'ai été détruite par un, en particulier. Et il vient tout juste d'entrer dans la librairie..

CODE TOXIC GLAM


▼▼▼


Un jour, un homme m'a dit qu'il serait prêt à tout pour moi. La seule chose qu'il a été en mesure de faire a été de me prouver tout le contraire. Je ne crois pas en l'amour, ou en tout cas, j'ai cessé d'y croire. Je n'ai juste pas envie de tomber une nouvelle fois dans le piège. Je me trouve ridicule, c'est aussi simple que ça, dans le fond. Ca fait mal, ça me brise mais dans le fond, qu'est-ce que je peux y faire. Je ressens encore aujourd'hui la douleur que j'avais ressenti, ce fameux jour..

Revenir en haut Aller en bas
http://alwayslove.forum-canada.com/t1773-oh-lily#47743

James A. Griffin
James A. Griffin

THE ATHLETE
Le Sportif

Never say never -. James Tumblr_mh7rg1ft8S1rqvj1oo8_250
▲ Documents : 18
▲ Avatar : Joseph Morgan.


Never say never -. James Empty
MessageSujet: Re: Never say never -. James   Never say never -. James Icon_minitimeDim 27 Jan - 18:04
« D’où je viens ? Tu oses me demander d’où je viens mec ? » Encore une fois, James s’était fourrés dans un beau merdier. En effet, le jeune homme s’était retrouvé dans une embrouille dans laquelle il n’était pas du tout visé au départ mais avec son cœur de bon samaritain, le jeune homme s’était retrouvé en première ligne de ce petit gang. Voilà, à toujours vouloir aider les autres, il se retrouvait constamment dans les embrouilles. Malgré les apparences, on ne dirait pas que James venait d’un milieu bourgeois. Il se fichait pas mal d’être à la mode ou de porter de la marque et il ne passait pas non plus trois heures dans la salle de bain chaque matin pour se préparer. De toute façon à quoi ça servait qu’il se fasse beau hein ? La seule fille qu’il n’avait jamais aimé ben il l’avait quitté comme un idiot de première et puis s’il voulait se taper une gonzesse quelconque ben il savait très bien s’y prendre. Sauf qu’aujourd’hui James n’était pas franchement d’humeur à se prendre la tête ou à se battre mais malgré tout, il n’allait pas laisser les autres lui mettre une raclée. Nan mais oh, il a une réputation à tenir quoi. Après leur avoir foutu une belle raclée – bon en même temps ce n’était pas bien dur vu leur carrure de moustique – le jeune homme partit en direction du café qu’il fréquentait quasiment tous les jours. Enfin il était censé aller au café comme tous les jours à la même heure mais il y avait eu autre chose qui avait attiré son attention. Quelque chose ? Moi je dirais plutôt quelqu’un. Mais ce n’était pas n’importe qui. Une femme et quelle femme. C’était celle dont James était tombé amoureux peu de temps après son arrivée en ville. Ouais c’était lui qui avait mis un terme à leur relation et qui lui avait – certainement – brisé le cœur mais il n’arrivait pas à rester plus d’une journée entière sans penser à elle. Que faisait-elle ? Avec qui ? Jaloux ? Ouais même très jaloux. De temps en temps, James se renseignait sur elle pour savoir si elle avait quelqu’un dans sa vie ou quoi mais apparemment non, elle n’avait personne pour le moment. Tant mieux. James entrait donc dans la libraire dans laquelle elle travaillait. Personne ? Ah ben tant mieux parce que comme ça au moins, ils pourraient se parler ou essayer de parler. Bah ouais lors de leur première – et unique – séparation, James n’avait pas franchement était tendre avec elle. Mais bon c’était James hein. Il ne voulait pas passer pour le gentil garçon. Lui, c’était un bad boy mais lorsqu’il voyait Lula, eh ben il devenait comme de la guimauve. Tout mou et tout collant. Bizarre la comparaison hein ?! Au loin dans la boutique de sa belle, il la regardait. Bordel, elle était toujours aussi belle. Il n’avait pas spécialement envie d’acheter un bouquin mais bon, il ferait semblait de s’intéresser au pire. Ce ne sera surement pas la première fois de toute manière. C’était au bout de dix minutes que le jeune homme se dirigeait finalement vers la caisse où se trouver sa belle. « Bonjour auriez-vous un manuel qui explique comment passer du connard au romantique ? » L’ironie encore et toujours mais c’était un moyen comme un autre d’aller oser lui parler. Parce que ouais malgré les apparences – encore – ben James avait du mal à aller vers les autres. Vers celle qu’il aime en l’occurrence. Et puis c’était de circonstance le thème du livre non ? « Lula ! Jsuis content de te revoir !! » Disait-il avec un grand sourire et à mon avis, le plaisir n’était pas franchement partagé.
Revenir en haut Aller en bas

Lula S. Knox
Lula S. Knox

THE VIRGIN
La Vertueuse

j'aimerais t'oublier. Disparais de mon âme
▲ Documents : 30
▲ Avatar : Candice Accola


Never say never -. James Empty
MessageSujet: Re: Never say never -. James   Never say never -. James Icon_minitimeDim 27 Jan - 21:03
Ne jamais te revoir
Au début de notre histoire, avec James, j'ai vraiment eu l'impression que j'avais de la chance. Nous n'étions pas vraiment sur la même longueur d'onde, nous étions différents mais on avait fini par vraiment se rapprocher ,par être proche. Et puis, au final, nous avons vraiment été proches, c'est le cas de le dire puisque je suis tombée amoureuse de ce mec. J'ai cru que lui aussi, sur le coup. Enfin bref, tout ça pour dire que ce que j'ai pu vivre avec cet homme était tellement bien que j'en garde tout un tas de souvenir heureux. Il a été la plus belle période de toute ma vie. Et ça m'a vraiment fait du bien, d'ailleurs, si on veut tout savoir. Mais bordel, la chute fut violente, vraiment violente. Et pour tout dire, je le ressens encore, j'ai encore l'impression que les choses sont loin d'être faciles. Ca ne l'est jamais. On ne sait jamais ce que l'on doit faire avec l'amour. C'est le plus beau sentiment qui puisse être un jour ressenti. Le sentiment le plus doux, le plus sincère aussi. Et je l'ai vécu à corps perdu. J'étais tellement amoureuse de lui que je me souviens encore que pour lui, j'aurais vraiment été capable de tout faire, de sacrifier ma vie, mon âme et plus encore. Je serais allée n'importe où pour lui, donc forcément, me rendre compte que c'était la dernière chose qu'il voulait, ce ne fut pas facile du tout, bien au contraire. J'ai souffert comme jamais je n'aurais pu imaginer souffrir, en faite, si on veut vraiment tout savoir sur le sujet. Normal puisqu'il a tenu à me faire me rendre compte de mes erreurs de la pire des façons qui soit. Il m'a trompée, il a couché avec une autre femme alors que j'avais le dos tourné.

Et voilà qu'il est là, dans ma librairie, qu'il me donne l'impression qu'il ne s'est absolument rien passé. Alors que pour ma part, la seule et unique chose que j'ai envie de faire, c'est m'avancer vers lui et lui balancer un livre à la gueule. Un ou plusieurs, d'ailleurs, si je pouvais, je lui jetterais la boutique toute entière au visage, en réalité. Tout ça m'énerve et j'ai envie de lui arracher la tête, en faite, si on veut vraiment tout savoir. Il m'énerve, genre vraiment, et je me demande s'il y a, ne serait-ce qu'une solution pour qu'il déguerpisse le plancher, là tout de suite. Mais je ne suis pas assez méchatne pour le faire partir. La boutique doit tourner et s'il doit être un client, soit. Mais qu'il ne demande rien de plus.  « Je suppose que ce n'est plus en stock. Sinon, je te l'aurais offert, il y a bien longtemps. Il y a une autre librairie un peu plus loin si tu veux, ils ont peut être ce que tu cherches. ». Dans le fond, je crois que j'ai surtout envie qu'il se casse, même si ce n'est pas la meilleur solution non plus. Bordel, je ne sais absolument pas ce que je suis censée faire pour qu'il me foute la paix. Il n'y a donc pas la moindre solution pour que je puisse faire ce que je veux ou une connerie de ce genre ? Tout ce que je sais, en tout cas, là tout de suite, c'est que je n'ai pas envie de lui parler. Tout ça pour quoi après tout ? Pour que je retombe dans le piège ? Je sais que je m'emballe un peu trop vite, j'en suis parfaitement consciente. Mais.. Mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne pour autant. Et ça m'énerve.. Ca m'énerve tellement, en plus.. Bref, il faut que j'essaie de me retenir, avant de prendre la mauvaise décision déjà. Tout ça pourrait vraiment prendre un sens bien étrange, si je venais à m'aventurer vers une mauvaise situation. C'est la plus mauvaise décision que je pourrais prendre, de toute évidence.  « Et moi, je suis tout sauf contente de te voir. Pourquoi es-tu ici ? Tu ne lis même pas.. ».

Je sais que l'on ne s'est pas vu depuis déjà une éternité, j'en ai conscience. Mais ce n'est pas pour autant que cela rend les choses plus faciles, je le connais, plus que je ne me connais. Je sais qu'il a peut être changé depuis le temps, mais je refuse de le croire une seule seconde. Tout ce que je sais, c'est que je n'en peux plus, j'étouffe, au milieu de tout ça, et je refuse de croire qu'il puisse revenir, là, maintenant. Alors que c'est bien la toute dernière chose que je voulais. Je refuse de croire tout ça. Oui, je refuse de le penser, ne serait-ce qu'une seule seconde, en plus de ça.  « Qu'est-ce que tu veux.. ? ». Je sais que je suis encore faible à son contact, quoi que je puisse en dire.. Et c'est justement ça qui m'énerve, dans tout ça. Le fait de ne pas pouvoir prendre la moindre décision, ça m'énerve quoi.

CODE TOXIC GLAM


▼▼▼


Un jour, un homme m'a dit qu'il serait prêt à tout pour moi. La seule chose qu'il a été en mesure de faire a été de me prouver tout le contraire. Je ne crois pas en l'amour, ou en tout cas, j'ai cessé d'y croire. Je n'ai juste pas envie de tomber une nouvelle fois dans le piège. Je me trouve ridicule, c'est aussi simple que ça, dans le fond. Ca fait mal, ça me brise mais dans le fond, qu'est-ce que je peux y faire. Je ressens encore aujourd'hui la douleur que j'avais ressenti, ce fameux jour..

Revenir en haut Aller en bas
http://alwayslove.forum-canada.com/t1773-oh-lily#47743

James A. Griffin
James A. Griffin

THE ATHLETE
Le Sportif

Never say never -. James Tumblr_mh7rg1ft8S1rqvj1oo8_250
▲ Documents : 18
▲ Avatar : Joseph Morgan.


Never say never -. James Empty
MessageSujet: Re: Never say never -. James   Never say never -. James Icon_minitimeLun 28 Jan - 23:32
James était resté bouche-bée par cette apparition soudaine quasi-fantomatique. Car oui, il n'avait jamais pensé revoir Lula un jour. Mais qu’est-ce que tu me racontes là ? Bien sûr que James avait espéré revoir sa bien-aimée mais seulement, il savait très bien que les retrouvailles ne se feraient par une accolade amicale ou à un baiser comme dans les films d’amour. C'était insensé tout ça. Tellement, que James n’écartait pas l’hypothèse de l'hallucination ou du rêve éveillé. En vérité, il n’avait misé que le fait que son petit bout de papier en guise d'adieu la dégouterait tellement, qu'elle ne voudrait plus jamais entendre parler de lui. Ouais James lui avait envoyé un simple mot – ou lui avait glissé sous sa porte plutôt – pour rompre avec elle. En même temps, il venait de la tromper et ne se voyait vraiment pas affronter la demoiselle. Parce que tout le monde sait qu’une femme en colère était vraiment capable de tout et encore plus, une femme qui venait de se faire tromper par l’homme qui disait l’aimer. Elle le détestait, certes, mais justement elle le détestait tellement qu'elle voulait sans doute le détruire en personne. Ou peut-être pas en fait. Bref, qu’importe. James pariait même sur le fait qu'elle avait déjà élaboré plusieurs méthodes de tortures. Avait-il peur ? Bah ouais quand même un peu hein. Mais il y avait pire que de craindre d'être torturé par une demoiselle en colère. James ne savait pas trop comment aborder la jeune femme et pourtant, il en crevait d’envie hein mais voilà, la peur de se faire rejeter était plus forte que tout. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il était encore fou amoureux d’elle mais après ce qu’il avait osé lui faire ben ses chances de se remettre avec elle étaient minces. Alors pour aborder sa bien-aimée, James utilisait l’ironie. C’était son truc à lui ça. « Je suppose que ce n'est plus en stock. Sinon, je te l'aurais offert, il y a bien longtemps. Il y a une autre librairie un peu plus loin si tu veux, ils ont peut-être ce que tu cherches. ». Lula n’avait pas perdue de temps pour répondre au jeune homme. Elle semblait froide et qu’elle n’avait pas très envie de discuter avec le jeune homme. Bah en même temps, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elle vienne lui sauté dans les bras et qu’elle l’embrasse partout hein. N’oublions pas qu’il l’avait tout de même trompé alors qu’ils étaient plus ou moins ensemble et que le jeune homme ne cessait de lui répéter constamment qu’il l’aimait plus que n’importe quoi au monde. Paroles, paroles, paroles. Ouais comme la chanson !! Il se tenait tout de même là, devant elle. Les bras croisés sur son torse, James la dévisageait des pieds à la tête. Bordel qu’est-ce qu’elle était encore plus belle que dans ses souvenirs. Les bonnes choses se bonifient avec le temps, c’est bien connu. « Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre tu sais et puis j’avais peut-être envie de te voir aussi. De te dire à quel point tu me manques et que j’ai envie qu’on se voit en tête à tête autour d’un bon verre de vin. » L’ironie encore et toujours. Un de ces jours, James allait se prendre une baffe en pleine figure s’il n’arrêtait pas ses bêtises avec les filles. Devant la demoiselle, James essayait de garder son calme mais à l’intérieur de lui ben il bouillait d’impatience. Ça faisait une éternité qu’il ne lui avait pas parlée. Enfin, il avait envoyé des tas de messages via son cellulaire ou des mails plus longs que son bras mais rien. Pas de réponses. Oh il s’était fait une raison avec les années mais il restait néanmoins très triste de cette situation. Il espérait renouer contact avec Lula et très rapidement si possible. James était toujours très amoureux de sa belle et il comptait bien tout mettre en œuvre pour reconquérir le cœur de la jeune femme. S’l l’avait fait craqué une fois, il pouvait bien le refaire une seconde fois non ?! Mais après toutes ces années, n’était-il pas venu le temps de tout effacer et de repartir du bon pied ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. « Jvoulais juste de te voir et jme suis dit aussi qu’il serait temps d’enterrer la hâche de guerre tu crois pas. Ça faitun bail que tu me fais la guerre, tu crois pas qu’il serait temps d’arrêter ces enfantillages ? » Oh ben tu peux parler James, c’est toi qui l’avait trompé et non l’inverse. Il passait derrière la caisse pour se retrouver à quelques centimètres d’elle. Sentir l’odeur de son parfum et ses doigts qui effleuraient négligemment ceux de la jeune femme, le jeune homme en avait des frissons dans tout le corps. Il l’aimait toujours aussi fort qu’avant, il en était sûr et certain. En même temps, on ne pouvait pas faire disparaitre des sentiments d’un coup de baguette magique.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Never say never -. James Empty
MessageSujet: Re: Never say never -. James   Never say never -. James Icon_minitime
Revenir en haut Aller en bas
 

You think you know the end.

Never say never -. James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Lake Avenue :: Meadows’ Bookstore & Coffee-