AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
xxxMarvel ▽ The fear keeps me moving. 1763239151
-37%
Le deal à ne pas rater :
Matelas Eve Sleep à mémoire de forme et à ...
379.90 € 599 €
Voir le deal

 ::  :: Registre :: Bienvenue à ReedWoods
 

 
Marvel ▽ The fear keeps me moving.

The night is the cradle of all our dreams.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Marvel H. Nightingale
Marvel H. Nightingale

AWESOME TEAM
Le co-fondateur

Marvel ▽ The fear keeps me moving. Tumblr_mh5ogkxaPl1ql5qkqo1_500
▲ Documents : 421
▲ Adresse : 1001, William White Residences
▲ Avatar : RJseksyKing


Marvel ▽ The fear keeps me moving. Empty
MessageSujet: Marvel ▽ The fear keeps me moving.   Marvel ▽ The fear keeps me moving. Icon_minitimeSam 5 Jan - 22:56

Marvel Hamilton Nightingale
❝ Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles. ❞



▽ Nom :
Nightingale, il faut avouer qu'il déteste son nom de famille, mais il faisait abstraction à toute moquerie durant sa scolarité.
▽ Prénoms :
Marvel, comme les célèbres comics books auxquels il a toujours accordé une certaine importance pendant son enfance, et Hamilton, comme le prénom de son père.
▽ Age :
21 years old.
▽ Date et lieu de naissance :
À Reedwoods en 1991 dans ce charmant petit hospice à qui il doit sa vie .
▽ Statut social :
Marié à sa main droite.
▽ Orientation sexuelle :
Indécis, on va dire qu'il est bisexuel. Il a des phases où il est plus attiré par les garçons mais la plupart du temps par les filles.
▽ Nationalité :
Américain.
▽ Groupe :
The Scholar, la plupart des gens autour de lui ont tendance de lui demander d'arrêter de tout savoir, bien que lui ne se trouve pas si intelligent que ça.
▽ Avatar :
RJ King The best.
♙ Fiche par .Reed


CRÉDIT AVATAR ϖ Angel Dust. CRÉDIT BANNIÈRE ϖ Tumblr. AUTRES CRÉDITS ϖ Nope.





What about you ?


J’ai toujours vécu ici, à Reed Woods. Dans une famille exemplaire… du moins c’est ce que tout le monde pense, je ne souhaiterais à personne de s’y incruster réellement pour voir la peine qu’il aurait à y vivre. L’image est la chose la plus importante aux yeux de mes parents. Ils s’achètent la dernière voiture à la mode pour la mettre dans le garage de leur magnifique maison victorienne qui date de l’époque de la construction même de la ville, alors qu’ils n’arrivent plus à bâcler les fins de mois. Ils sentent l’hypocrisie, leur maison et leur voiture sentent l’hypocrisie. Je veux m’enfuir, m’en aller, ne plus rester avec eux. Je ne les supporte plus, je n’arrive plus à me réveiller et les entendre parler dans la cuisine de leur vie de peigne-cul. Je n’en peux plus de leur remarque. Ma mère me croit être l’enfant idéale qu’elle n’aurait pu avoir. Mais je ne la supporte plus non plus, je ne suis pas parfait. Je n’arrive pas à me faire à l’idée qu’elle en parle tout autour d’elle. Puis, elle ne se rend même pas compte qu’elle me gâche la vie en restant avec ce misérable mari. Lorsque j’étais petit, mon père m’a pris sur ses genoux et m’a montré comment affuter un couteau. Pas n’importe lequel, il me racontait à quoi il servait avec son haleine d’alcool. Il me racontait tout le sang d’animaux qu’il avait fait gicler. Il était froid, tellement froid que lorsque je l’approchais ma peau se glacer comme le givre. Ce n’était évidemment pas de l’eau qui coulait en lui mais bien de l’alcool. Mais bien sûr ces gestes témoignaient autre chose. Il témoignait l’homme d'affaires qui allait se rendre à Freedom Corporation chaque matin, il nouait son nœud de cravate, repassait sa chemise blanche et mettait sa veste de costard avant de disparaitre derrière l’énorme porte qui nous retenait enfermés. Peut-être qu’il n’y avait pas d’explication à son comportement : à son regard qu’il me lançait, ce regard givré ; alors qu’il lançait un souffle de braise sur mon petit frère. Je n’ai jamais compris qu’elle était la vague de sentiments qui me pénétraient lorsque je le voyais. Je pensais que c’était de la peur. Mais aujourd’hui je pense beaucoup plus que ce soit de la colère. Je sais que quand je quitterai ReedWoods, pour montrer au monde ce que je vaux vraiment, je quitterais cet homme qui m’a toujours détesté et je pourrais grandir à nouveau. J’ai froid maintenant que je sais que je suis clouté ici. Tous mes membres tremblent. Des chimères se baladent dans ma tête. Mon intelligence se transforme en meurtre. Je veux en finir maintenant, je veux que tout cesse.




Where is mind ?

PSEUDO ϖ .Reed or .ReedNight. PRÉNOM ϖ Je parie que vous aimeriez le savoir x) . AGE ϖ 18 years old - majeur :miggnon: -. GIRL or BOY ϖ Boy of course. PAYS/VILLE ϖ Au fin fond d'une petite ville française, au pied des montagnes vosgienne. OU AS-TU CONNU LE FORUM ? ϖ Dite merci à Simphony Lyps - héhé - . UN PETIT MOT POUR LA FIN ? ϖ Sussssssshiiii.



▼▼▼

the selection is open
now a-days I got it all figured out I don't really need to take so long but I'm missing all the times in the past when I can't see your face at all thats why the chase is on the chase is on chase is on but if you want I'm gonna take it all back -------------------------------


Dernière édition par Marvel H. Nightingale le Dim 6 Jan - 19:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Marvel H. Nightingale
Marvel H. Nightingale

AWESOME TEAM
Le co-fondateur

Marvel ▽ The fear keeps me moving. Tumblr_mh5ogkxaPl1ql5qkqo1_500
▲ Documents : 421
▲ Adresse : 1001, William White Residences
▲ Avatar : RJseksyKing


Marvel ▽ The fear keeps me moving. Empty
MessageSujet: Re: Marvel ▽ The fear keeps me moving.   Marvel ▽ The fear keeps me moving. Icon_minitimeSam 5 Jan - 22:59

Tell me your story

Il marchait sans vouloir s'arrêter, c'était un de ces moyens pour ne pas se faire envahir par le stress. Ça lui permettait de réfléchir correctement sans prendre de décision active ou encore même de pleurer en faisant croire que c'était le vent qui lui faisait couler quelques larmes. Ces chevilles enflaient et lui faisait mal, mais il continuait à avancer. Parfois il grimpait juste qu'à la vieille mine près de Betsy Ross Street, avant de redescendre dans la vallée opposée à la ville pour se perdre dans la nature. Il marchait vite en écrasant les quelques feuilles mortes qui passait sur son passage. Aujourd’hui tout était bizarrement différent pour lui. Les premières gelées se faisaient ressentir à ReedWoods et il s’y sentait encore plus opprimé.
Le brouillard l’encerclait comme une cage. Il ne voyait à peine la pointe des arbres devant lui. Il n’était pas claustrophobe mais n’en était pas loin. Il aimait les grands espaces où il pouvait inhaler l’air frais sans se sentir observer ou dominé. Il y avait quelques coins dans la forêt qui était parfaite pour lui. La solitude ne lui avait jamais fait peur mais c’était différent. Le souffle austère qui se déversait dans la vallée se frottait à la nuque de Marvel et le faisait frissonner. Par-derrière l’épais voile de brume on pouvait apercevoir quelques rayons de soleil s’imposant sur les montagnes de la ville. Transit par le froid qui lui rongeait la peau il ramena ses mains affaiblies sous son léger manteau gris en ayant l’intention de retrousser chemin. Il bifurqua sur la gauche pour emprunter une nouvelle voie. Quelques brindilles lui barraient le passage et venaient lui griffer ses vêtements. Ses yeux d’un brun profond ne traduisaient plus cette sérénité qu’il avait à marcher. Il n’oubliait pas et ne réussissait pas à penser à autre chose. Ils réveillaient son inquiétude, quelques faisceaux de sang n’irriguaient plus ses yeux et lui donnait l’impression qu’ils étaient enflés. Une légère palette de couleurs pâles se dessinait sur son visage. Le plus marquant était le bleu sang qui enveloppait la partie inférieure de son regard. Il ne s'en était pas rendu compte. L'air semblait devenir de plus en plus frais et un voile humide lui frappait le visage. Il marcha encore plus vite en évitant les racines des arbres qui avaient déchiré le sol avec leur puissance. Il sentait son coeur qui commenceait à battre encore plus fort, il semblait se perdre entre chaque pulsation. Sa respiration en devenait saccadée.

Il en avait marre. La vitesse à laquelle il marchait amplifiait sa colère. Un coup de feu retentit à l'intérieur de lui. Ses yeux devenaient encore plus profonds et une pulsation lui fit rabattre ses paupières. Il sentit ses veines gonflées dans sa gorge et le sang déambuler comme un caillou qu'il avait l'habitude d'aller lancer sur le lac. Le chemin de feuilles orange était sa cible. Il avait l'impression que ses pas se multipliaient. Il voulait courir, hurler, sortir les pires injures qu'il pouvait et montrer le bout de ses poings. Ses pensées s'entremêlaient. Un autre coup de feu retentit en lui. Il se sentait encore plus oppressé. Les arbres devenaient des murs et les feuilles du béton. Ses vêtements lui tordaient le cou. Il voulait partir, il voulait quitter tout. À vingt-et-un an il se sentait capable de s'en aller. Il voulait plus que tout quitter cette ville et sa famille. Il voudrait bien emmener son petit frère et ses amis, mais il savait qu'il devait faire des sacrifices. Il aimerait refaire sa vie. Mais il y était certainement trop attaché. Il voudrait que son père lui enlève les chaînes qu'il lui a accrochées à ses poignets depuis son enfance et voudrait que sa mère devienne une autre personne. Il n'en peut plus, sa tête va exploser ce n'est plus qu'une question de temps, il en est persuadé. Il se met à mêler le présent et le futur, plus rien n'est clair dans sa tête. Ses pas deviennent à présent un automatisme, un robot. Il n'a plus besoin de leur dire d'avancer, pour qu'elles aillent plus vite encore.

Mais brusquement il tombe. Il ne s'y attendait pas. Ce n'est pas la racine d'un vieil arbre qui l'avait stoppé mais c'était ses jambes qui avaient lâché. Elles lui avaient dit stop et il s'était retrouvé à genoux. Sentant l'eau qu'avait absorbée le sol humidifier son jean. Il redressa sa tête pour regarder le vide. Sa mâchoire se déchira en un cri blessant atteignant la cime des arbres. Des larmes se déposèrent sur ses yeux. Ses tendons palpitèrent au niveau de sa gorge comme s'ils allaient éclater. Il dû poser sa main au sol pour pouvoir rester à genoux. La force du son grave qui émanait de sa bouche rendit la forêt aussi bruyante qu'une horde de loup et abîma le flanc de la vallée en évitant les milliers d'arbres. Sauf que ce n'était pas un animal. Son frère était malade, il venait de l'apprendre. Il souffrait à l'idée que la vie le rattraperai avant lui. La culpabilité lui rongeait de l'intérieur. Il n'arrivait pas à y croire, il le refusait. Son petit frère ne devrait pas être malade, il ne devrait pas avoir mal. Et Marvel ne voulait plus l'entendre faire ses cauchemars chaque nuit. Il le savait déjà. Mais il venait seulement d'avoir la vérité et son âme se renversait. Il ne savait plus quoi faire. La nouvelle avait brisé la vie de Marvel, mais aussi ses rêves. Il ne pourrait plus partir étudier en France. Il devrait briser les contrats qu'il avait signés. Tout était fini. Une nouvelle ère se déroulait devant ses yeux, il essayait de la rattraper mais elle était inatteignable. Comme s'il était devenu adulte en l'espace de quelques secondes. Tout se chamboulait. Il était inquiet de son avenir et n'en voyait plus un seul. Alors, le cri l'apaisa férocement. Il sentit sa haine et sa tristesse descendre en trombe à l'intérieur de lui pour s'enfoncer dans le sol spongieux. Sa mâchoire reprit une forme normale et il se laissa basculer en arrière pour s'affaisser dans le sol. Les larmes prirent le relais à sa détresse. La solitude devenait son ami.

La scène défilait dans son esprit, celle où son père lui annoncait stoïquement que son frère allait mourir. Il n'y avait eu aucune intonation dans sa voix, aucune tristesse ni peine pour son cadet. Le paternel lui avait subitement exclamé cette tragédie comme il pouvait le saluer chaque matin. Il aurait voulu voir que son père aussi était triste mais son regard disait qu'il s'en foutait. C'est là qu'il avait voulu sortir ses poings de ses poches pour le frapper autant qu'il lui faisait mal. Il voulait l'allonger au sol, le cribler de coups, voir son sang se déverser sur le carrelage de la cuisine et sa tête percuter les coins de chaque mur de la pièce. Mais, il se tordait l'esprit à l'idée d'y penser. Alors, il a claqué la porte et est parti sans même lui adresser aucun mot, après avoir dissimulé ses poings dans ses poches. C'était sa réponse. Il savait pourquoi il lui en voulait maintenant.


▼▼▼

the selection is open
now a-days I got it all figured out I don't really need to take so long but I'm missing all the times in the past when I can't see your face at all thats why the chase is on the chase is on chase is on but if you want I'm gonna take it all back -------------------------------
Revenir en haut Aller en bas

A. Robin Hawkins
A. Robin Hawkins

AWESOME TEAM
La fondatrice

Marvel ▽ The fear keeps me moving. Tumblr_inline_mk4bzfOll71qz4rgp
▲ Documents : 219
▲ Adresse : Prochaiment
▲ Avatar : Amanda Seyfried


Marvel ▽ The fear keeps me moving. Empty
MessageSujet: Re: Marvel ▽ The fear keeps me moving.   Marvel ▽ The fear keeps me moving. Icon_minitimeDim 13 Jan - 15:45
Ton histoire est vraiment awesome ! :miggnon:
J'ai rien à redire et tout joue parfaitement.
Bienvenue à ton personnage ! duck


Félicitation !
Encore une fois Bienvenue sur CITW, à présent tu peux rejoindre notre petite communauté han . Le rappel des règles essentielles n'est pas nécessaire. Tu peux donc t'amuser comme tu le souhaites sur le forum. Il te reste quelques petits sujets à aller créer avant de pouvoir Rp. Comme une fiche de lien et/ou une fiche RP. Au niveau de l'avatar tu n'as rien à faire, le staff se charge de le recenser dans les plus brefs délais. class Si tu as n'importe qu'elle demande ou suggestions nous te dirigeons dans ces deux catégories, qui sont des parties importantes du forum : ici & ici.
En espérant que tu t'amuseras bien sur le forum, à bientôt argh

▼▼▼

" You don't know how much I love you "
Spoiler: